© 2019 par Blisstenings. 

Series #06 • Paysages of M. Banabila

A tribute mix to Dutch and prolific sound artist Michel Banabila, who has never ceased to reinvent his musical language, since his first album, Marilli (1983) in the spirit of Jon Hassell's 4th world, until the cut-up from Voiznoiz (1999), the ambient tracks of Sound Years (2017), with the Cloud Ensemble (2014), and alongside his all time partner Machinefabriek: Travelog (2013).

 

Un collage-hommage à l'acousticien-électro Michel Banabila, qui n'a jamais cessé de réinventer son langage musical, d'expérimenter et d'improviser, depuis son premier disque, Marilli (1983) dans l'esprit 4th world de Jon Hassell, jusqu'au cut-up de Voiznoiz ; des plages ambient de Sound Years au collectif Cloud Ensemble, ou avec son partenaire Machinefabriek.

Tracklist :

00:00 - Cloud Ensemble : Hide and Seek (Cloud Ensemble) 2014

M.B. a produit les trois titres de l'éphémère formation Cloud Ensemble avec viole, violon (Oene Van Geel), orgue (Rutger Zuydervelt), traitements électroniques et field recordings de M.B. C'est indéniablement le premier morceau qui l'emporte dans son flot majestueux et répété, Hide and Seek, chanté par All N4tural et Yuko Parris.

04:50 - Ba-bylon (VoizNoiz - Urban Sound Scapes) 1999

Retour aux années 90, Banabila entame ce qui deviendra la série d'albums VoizNoiz (I, II, III), aux sonorités plus ludiques, jouant sur de nombreux samples de cut-ups et voix mêlés : Ba-bylon, ville monde, tour de Babel des voix confondues. 

06:00 - VloeVoiz (VoizNoiz III - Urban Jazz Scapes) 2002

Le troisième de la série est un disque co-écrit avec le trompettiste Eric Vloeimans ; il évoque des images de jazz urbain, les sonorités aventureuses gravées par Miles Davis dans Bitches Brew. M.B. y ajoute son miel de traitements électroniques et de captations environnementales, mais le morceau est dominé par le rythme puissant, chaloupé et la trompette de Vloeimans.

09:15 - Where (VoizNoiz - Urban Sound Scapes) 1999

Un autre court morceau du premier VoizNoiz, qui illustre le jeu de répons saugrenus, micro-samples verbaux qu'affectionnait M.B. à cette époque, posés sur des bouts d'oratorios et de cantates extraites de vieux vinyles dont entend les craquements.  

11:40 - New Energy Forms (The Latest Research From The Department Of Electrical Engineering) 2012 

L'album s'inscrit dans l'esprit des musiques industrielles des années 80. M.B. travaille à partir de sources sonores électriques fortement mélangées. Le dernier morceau trouve une sorte de paix harmonique entre les grésillements du voltage des machines. 

14:45 - Deep In The Forest  (Route Planner, avec  Mete Erker) 2011

Une longue pièce emblématique du style de M.B. à la fois fluide, ménageant des temps calmes, et toujours sous tension des multiples sonorités qui maintiennent l'auditeur en éveil et en émerveillement, sous les volutes de Mete Erker au saxophone.

22:15 - 3 People 3 Voices (Des Traces Retrouvées III) 1987

Premier titre de cet album des débuts, aux notes détachées et fragiles, la flute de Koos Derwort sonne comme une mélopée lancinante de Midori Takada à la grande époque de Mr Henri Rousseau's Dream.

26:10 - Friedrich Remixed (Streets, Dreams & Memories, avec Eric Vloeimans et Frans Friedrich) 2010

Un de ses plus beaux tracks ambient jazz fourmillant de sons concrets comme des étincelles dans l'atmosphère mélancolique portée par la trompette d'Eric Vloeimans. Ce titre est un inédit dans une compilation réalisée par Peter van Cooten (Ambientblog).

31:40 - Hope [Disquiet 0271 Prison Sky] (Just Above the Surface) 2018

Une courte pièce ambiante, composée pour une longue compilation, Disquiet 0271, de Rupert Lally & Marc Weidenbaum.

34:40 - Yarra (Travelog, avec Machinefabriek) 2013

Partenaire de longue date des expéditions électro-ambiantes de M.B., Rutger Zuydervelt (aka Machinefabriek) l'accompagne dans ce disque où tous deux rejouent dans Yarra, avec field recordings tropicaux et influences ethniques, la partition 4th world de Jon Hassel.

36:10 - Antennas (Travelog, avec Machinefabriek) 2013

On reste avec plaisir à l'écoute de ces musiques évocatrices de chants rapportés de peuplades et continents lointains, même s'il ne s'agit que de continents virtuels, fusionnant grâce à la technologie les samples urbains de M.B. et les sonorités d'ethnies fantasmées.

38:25 - Read My Lips Route Planner Mix (Route Planner, avec Mete Erker) 2011

Au final, quelques albums ressortent plus que d'autres. C'est le cas de ce Route Planner qui offre encore une belle plage à la fois apaisée et tendue, une voix dans une langue exotique, jouant avec les improvisations mélancoliques de Mete Erker.

42:38 - Kaleidoscope (Macrocosms, avec Machinefabriek) 2016

Kaleidoscope est marqué par des contrastes rugueux entre d'un côté un fond atmosphérique, tout en sonorités liquides et voix douces, de l'autre des traitements plus rugueux, percussions métalliques, grincements et sons. Le tout donne une pièce singulière et attachante, comme seul Banabila (et ses partenaires) savent les créer.

46:45 - Star Trails (Earth Visitor) 2016

Quelques notes de synthétiseur sur un arrière-plan de nappes éthérées : Star Trails apparaît comme extrait de la bande originale d'un film imaginaire où l'on verrait passer des nuages derrière un pare-brise mouillé.

50:05 - Manequin Challenge (Home, avec Maarten Vos) 2017

Cet extrait glané sur Youtube porte un nom qui ne se trouve pas dans les titres de l'album en question Qu'importe, il livre à nouveau la magie d'un chant guttural traité, débouchant étrangement sur les cordes et sonorités orientales d'instruments à vent. Mystérieux.

55:50 - Mono Metro (VoizNoiz Urban Sound Scapes) 1999

Titre phare du premier VoizNoiz, sur un tempo loungesque, le bizarre Mono Metro est choisi pour la voix déformée qui s'enchaîne avec le titre précédent, et démontre la cohérence du travail de M.B. sur une durée de 10 ans : une sensibilité aux samples et traitements de voix.

58:45 - Side A extrait (Sound Years) 2017

Sound Years est un album composé de deux longues plages mixant tous les sons qui font la beauté des musiques de M.B. La Side A est la plus réussie qui constitue une formidable tapisserie ambiante, fluide et parfois dramatique, dont on ne se lasse pas d'écouter les multiples détails.